Quand on doit choisir entre payer ses comptes ou nourrir sa famille…

À travers les attributions qu’elle accorde au réseau d’organismes d’ici, Centraide Laurentides aide les gens dans le besoin à se procurer l’essentiel (se nourrir, se loger, se vêtir), mais aussi à développer des moyens pour devenir plus autonomes dans l’adversité.

Consultez le Répertoire des organismes subventionnés

La sécurité alimentaire

Le réseau considère que le maintien des services d’aide alimentaire, comme la distribution alimentaire, est nécessaire. Il existe une partie des personnes aidées qui ne pourront jamais devenir complètement autonomes. Ces membres de notre communauté sont parfois malades, ou gravement handicapés, ou souffrent de problèmes de santé mentale.

Par contre, une autre partie des gens n’ont besoin que d’un soutien ponctuel, un coup de pouce, pour contrer l’insécurité sociale. Les projets alternatifs à l’aide alimentaire sont des moyens concrets pour rendre les gens plus autonomes. Enseigner à des personnes une cuisine santé économique, les encourager à cultiver un jardin communautaire ou à créer des groupes d’achat et, dans le processus, créer des liens, c’est se diriger vers la prévention sociale et donner aux personnes des outils de contrôle pertinents sur leur propre vie. En plus des utilisateurs traditionnels (mamans monoparentales, personnes seules…), de plus en plus de petits salariés, de personnes âgées, de chômeurs et d’étudiants utilisent ce type de services.

C’est pourquoi les alternatives en sécurité alimentaire demeurent une préoccupation importante à Centraide Laurentides. Son service de développement des collectivités doit continuer à participer à l’identification des besoins et des réponses variées, inventives et axées sur l’autonomie des personnes et des familles, ainsi qu’au développement des ressources, au soutien des pratiques et à l’accompagnement d’initiatives locales et régionales.

Exemples d'impacts concrets

Un changement de vie pour une maman ayant une vie marginalisée

Sans domicile fixe, victime de violence conjugale, maman à temps plein, et ayant à son actif un dossier criminel, Lucie* s’est présentée au centre Ami-e du  Quartier afin d’y faire des travaux communautaires. Rapidement, elle développe un sentiment d’appartenance envers le centre et décide de s’y impliquer comme bénévole. Le centre l’intègre ensuite au programme PAAS Action**, offert par le centre local d’emploi, afin de lui offrir de l’aide et un accompagnement social adapté. Accompagnée des  intervenantes du centre, elle a trouvé un logement convenant aux besoins de sa famille, a appris à se structurer, à bien choisir ses aliments lors de son épicerie et à faire son  budget. Aujourd’hui, Lucie poursuit son cheminement vers une autonomie et une estime de soi  nouvelle. Elle s’est inscrite à l’école et a terminé, en juin 2020, une technique d’éducation spécialisée, après avoir parcouru un long chemin vers cette réussite personnelle!

Organisme communautaire : AMIE DU QUARTIER | Rivière-du-Nord
*Lucie, nom fictif | ** programme provincial qui s’adresse aux prestataires de l’aide sociale.

« La cuisine collective est pour moi une bénédiction. Elle me permet de remplir mon frigidaire à coût très raisonnable et mes enfants et moi avons la possibilité de bien manger même dans les moments plus difficiles côté monétaire. »

Julie

2020
en chiffres

700 500 $

attribués pour
assurer l’essentiel

69 %

de nos investissements
destinés à assurer l’essentiel

21

organismes
soutenus

28 755

personnes
aidées

6 711

nouvelles personnes
aidées

1 228

bénévoles impliqués auprès de ces organismes