Assurer l’essentiel

Quand on doit choisir entre
payer ses comptes ou nourrir sa famille…

À travers les subventions qu’elle accorde au réseau d’organismes d’ici, Centraide Laurentides aide les gens dans le besoin à se procurer l’essentiel (se nourrir, se loger, se vêtir), mais aussi à développer des moyens pour devenir plus autonomes dans l’adversité.

Près de trente-trois organismes partenaires intervenant dans ce champ d’action sont financés, pour un investissement de 1 138 750 $ en 2017.

Consultez le Répertoire des organismes subventionnés

La sécurité alimentaire

Dans les Laurentides, 21 657 personnes reçoivent une aide alimentaire chaque mois, dont 31,5 % des utilisateurs sont des enfants. Une réalité qui place Moisson Laurentides (soutenu financièrement par Centraide Laurentides) au 2e rang des banques alimentaires, en termes d’importance de besoins au Québec.

Le réseau considère que le maintien des services d’aide alimentaire, comme la distribution alimentaire, est nécessaire. Il existe une partie des personnes aidées qui ne pourront jamais devenir complètement autonomes. Ces membres de notre communauté sont parfois malades, ou gravement handicapés, ou souffrent de problèmes de santé mentale.

Par contre, une autre partie des gens n’ont besoin que d’un soutien ponctuel, un coup de pouce, pour contrer l’insécurité sociale. Les projets alternatifs à l’aide alimentaire sont des moyens concrets pour rendre les gens plus autonomes. Enseigner à des personnes une cuisine santé économique, les encourager à cultiver un jardin communautaire ou à créer des groupes d’achat et, dans le processus, créer des liens, c’est se diriger vers la prévention sociale et donner aux personnes des outils de contrôle pertinents sur leur propre vie. En plus des utilisateurs traditionnels (mamans monoparentales, personnes seules…), de plus en plus de petits salariés, de personnes âgées, de chômeurs et d’étudiants utilisent ce type de services.

C’est pourquoi les alternatives en sécurité alimentaire demeurent une préoccupation importante à Centraide Laurentides. Son service d’organisation communautaire doit continuer à participer à l’identification des besoins et des réponses variées, inventives et axées sur l’autonomie des personnes et des familles, ainsi qu’au développement des ressources, au soutien des pratiques et à l’accompagnement d’initiatives locales et régionales.

« La cuisine collective est pour moi une bénédiction. Elle me permet de remplir mon frigidaire à coût très raisonnable et mes enfants et moi avons la possibilité de bien manger même dans les moments plus difficiles côté monétaire. »

Julie